Mise à jour 30 octobre 2022

234 forages altèrent le rôle protecteur de l'argile et descendent dans la nappe phréatique

Les travaux de montage des hangars ont commencé.  Le montage des poteaux se fait sur des pieux forés, ce qui nécessite un forage, l'installation d'une cage d'armature dans le forage, le bétonnage. Le forage se fait à l'aide d'une tarière, montée sur une pelleteuse, qui descend jusqu’à au moins 3,5 mètres.  La tarière fore dans l'argile et atteint la nappe phréatique 

 

            La construction de chacun des hangars nécessite 78 forages. Au total, l'entreprise va donc faire 234 forages. La nappe phréatique n'est qu'à 2,5 mètres Selon les données hydrogéologiques, les forages sont opérés dans la nappe phréatique. Par ailleurs, la couche argileuse protectrice de la nappe va être perforée à 234 endroits.

            

            On se trouve dans la situation énoncée par le président d’Eaux de Vienne SIVEER, dans un courrier du 4 février 2016 adressé au commissaire enquêteur lors de l'enquête publique : 

Vulnérabilité du captage aux pollutions : 

"De plus, le projet (notamment les bâtiments d’élevage) prévoit des excavations dans les formations argileuses superficielles, aliénant localement leur rôle protecteur vis-à-vis de la nappe sous-jacente.

Aussi, et compte tenu de ces éléments, une pollution physico-chimique ou bactériologique émise au droit de ces installations pourrait donc atteindre la nappe aquifère, à plus ou moins long terme."

Télécharger
Forage pour la construction de la ferme-usine de Coussay-les-Bois
Constat du mercredi 26 octobre 2022
Constat forage Les Paturelles.pdf
Document Adobe Acrobat 2.1 MB

Site d'enfouissement de St-Sauveur : alerte à la pollution des eaux souterraines

Le site d'enfouissement de St-Sauveur, situé à la limite des communes de Senillé-St-Sauveur et de Coussay-les-Bois, et limitrophe du site du projet de ferme-usine,  a été autorisé en 1979  pour une capacité annuelle de 120.000 tonnes. Il est fermé depuis 2012 mais doit faire l'objet d'une surveillance pendant 30 ans. Chaque année, SUEZ (anciennement SITA) remet un bilan d'activité.

            L'association ASPECT a pu obtenir ces bilans et s'est intéressée à la partie sur le contrôle des eaux. L’étude des analyses montre une pollution des eaux souterraines. En aval du site d'enfouissement, les eaux souterraines ne sont plus potables. La pollution provient de l'ensemble du terrain : le site d'enfouissement et le site de compostage limitrophe, acquis par M. Pierre Liot pour son projet de ferme-usine.

  • Entre l'amont et l'aval le taux de chlorures est multiplié par 30. Dans un piézomètre il est trois fois supérieur au seuil de l'autorisation préfectorale et il augmente régulièrement.
  • Le taux de manganèse est 10 fois plus élevé en aval. Il dépasse le seuil.
  • La conductivité électrique est trois fois plus élevée en aval du site. Elle dépasse la norme OMS.

Le préfet doit réunir la commission d'information et de surveillance

L'association a demandé la réunion de la commission chargée du suivi du site et de l'information de la population. A ce jour elle n'a pas de réponse. Cette commission, présidée par le préfet, ne s'est pas réunie depuis des années. L'association propose : 

  • Une recherche sur l’origine de la charge en chlorures, et des précisions sur la nature de ces chlorures.
  • L’analyse de l’eau des puits en aval du site pour voir l’impact sur les ressources en eau potable.
  • L’installation de nouveaux piézomètres pour surveiller la diffusion de la contamination par le casier 1 (un piézomètre a été supprimé).
  • L’examen des conséquences d’une reprise d’activité sur l’ancien site de compostage, l'eau de ce site rejoignant celle en provenance du site d'enfouissement.

Le droit à l'accès aux informations relatives à l'environnement est inscrit dans le code de l'environnement. La commission doit promouvoir l'information auprès du public sur les problèmes posés par la gestion des déchets dans sa zone géographique de compétence et la surveillance de l'installation. L'association constate l'inaction de l'Etat.

Télécharger
Alerte pollution
Surveillance des eaux souterraines en aval de l’installation de stockage de déchets de St-Sauveur (86) et du site de compostage. Communes de Senillé-St-Sauveur et Coussay-les-Bois
Rapport 2022-10 mini.pdf
Document Adobe Acrobat 4.4 MB

Diaporama alerte pollution présenté à la journée sur l'eau


Pétition contre le démarrage des travaux de la ferme-usine

Les travaux pour la construction de la ferme usine ont commencé. Les pelleteuses creusent la zone humide et une noria de camions apporte des tonnes de granulats calcaires pour empierrer l'emplacement des bâtiments. On ouvre une carrière pour remblayer une zone humide ! On détruit la couche protectrice de la nappe phréatique qui a certaines périodes n'est qu'à 2 mètres, et qui affleure dans une mare (actuellement asséchée) qui a été partiellement comblée. 

 

L'État laisse faire cette atteinte à l'environnement. Les opposants relèvent toutes les infractions. Des plaintes ont été déposées auprès du procureur, contre Pierre Liot, mais le jugement a été reporté au mois de décembre. Le maire  a dressé un PV des infractions, mais seul l'Etat a le droit de prendre des sanctions dans le domaine de l'environnement.

 

Mercredi 29 septembre l'association a lancé une pétition en ligne. Le jeudi  6 octobre, la pétition a déja recueilli 32.000 signatures. Soutenez notre combat en signant cette pétition.

 

 https://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/demarrage-travaux-ferme-usine-1200-taurillons/188136?source=link&tmstp=1664368480&p=sharing

Coussay-les-Bois 17 septembre 2022 - Les opposants contre le démarrage des travaux

ALERTE POLLUTION !

NON AU DEMARRAGE DES TRAVAUX !

 

ASPECT et le COLLECTIF des opposants à la ferme-usine organisent une mobilisation citoyenne !

Alors que partout sur la planète, on s'alarme des conséquences du dérèglement climatique et de la nécessité de baisser les émissions de C02, en dépit de l'opposition farouche de la population et des élus des 47 communes environnantes, un projet industriel d'élevage intensif à risque certain de pollution démarre à Coussay-les-Bois dans la Vienne.

 

Pour sauver le bien vital qu'est la ressource en eau, préserver l'indispensable biodiversité, lutter contre la maltraitance animale et les risques sanitaires, soyons aussi nombreux qu'au premier jour à montrer notre opposition à cette usine d'engraissement de 1200 taurillons : 

samedi 17 septembre 2022 de 14h à 18h devant le site.

Suivre le fléchage vers « centre d'enfouissement de Saint-Sauveur », sur la route entre Châtellerault et Coussay-les-Bois

Ensemble, on est plus fort !

Un seul mot d'ordre : pas une ferme-usine de plus !

 

Risque de ferme-usine. Barrage aux travaux

 

L'association ASPECT a porté plainte contre le démarrage des travaux en dehors de la période autorisée (15 septembre - 15 mars). Le maire de Coussay-les-Bois a informé la préfecture. Malgré cela, les travaux ont continué. Pierre Liot pratique la politique du fait accompli, en misant sur la lenteur de réaction de l'administration et de la justice.

Ce lundi 22 août, des militants de l'association ASPECT et du collectif ont interdit l'accès à tout véhicule voulant accéder au terrain de la ferme-usine.  Les maires de Coussay-les-Bois et La Roche-Posay les ont rejoint, ainsi que la conseillère régionale écologiste Christine Graval.

Un manitou  de la SCEA Les Nauds a tenté de forcer le passage, mais il a dû rebrousser chemin. Aucun camion chargé de gravats ne s'est présenté.

 

Article presse. Nouvelle République 


Une nouvelle fois, travaux illégaux pour la ferme-usine de Coussay-les-Bois

Nous constatons d'importants travaux au début du mois d'août. Des camions déchargent des gravats (pierres, roches, terre). Mardi 9 août 2022 nous avons compté environ 40 déchargements. Depuis les camions continuent  leur livraison : le vendredi 19, le nombre de déchargements est supérieur à 80.

 

Ces travaux sont illégaux. Le permis de construire est explicite : Le projet étant situés au sein de la ZNIEFF "Forêts de la Guerche et de la Groie", les travaux seront réalisés entre le 15 septembre et le 15 mars afin de ne pas déranger les espèces potentiellement nicheuses du site.

 

Le maire de Coussay-les-Bois est intervenu immédiatement auprès des services de l'Etat.

Nous allons tout mettre en œuvre pour obtenir l'arrêt des travaux et la sanction de celui qui les a ordonné. C'est pourquoi  le jeudi 12 août L'association ASPECT a porté plainte.

 

Contrairement à ce que suppose  le sous-préfet (interview presse), il ne s'agit pas d'une préparation de chantier. Comme son nom l'indique,  la préparation de chantier est cette période qui sert à préparer et anticiper la réalisation des ouvrages : ordonnancement et organisation de l'intervention des corps d'état en relation avec les bureaux d'étude et la maîtrise d'œuvre.

 

La période de préparation de chantier démarre à la réception et l'acceptation de la commande jusqu'au démarrage des travaux. Au cours de cette période sont définis les lieux d'approvisionnement, et non la livraison des matériaux.

 

Le déchargement de dizaines de camions de roches, pierre et terre  ne relève pas d'une préparation de chantier. C'est la phase d'exécution des travaux.

 

Télécharger
Article Nouvelle République
Ferme des 1.200 taurillons à Coussay-les-Bois : une plainte pour travaux illégaux
ferme-des-1-200-taurillons-a-coussay-les
Document Adobe Acrobat 1.8 MB

Pierre Liot montre une nouvelle fois son manque de respect de l’environnement

En 2016, l’usine de fabrication d’aliments de Châtellerault dirigée par Pierre Liot avait fait l’objet d’une inspection, suite à la pollution de la Vienne. Elle avait dû déposer une nouvelle demande d’autorisation d’exploiter.

Manifestement Pierre Liot n’a pas modifié sa conduite : il se moque de la réglementation et ne tient pas compte des observations faites par l’administration. Mis en demeure en janvier 2022, il n’a pas réalisé les travaux de mise en conformité. Aussi, en juin 2022, la Préfecture de la Vienne a dû prendre une mesure d’astreinte administrative.

 

Le projet d’engraissement de taurillons, de méthanisation et de compostage, financé par les usines d’aliments de Pierre Liot, sera conduit avec le même manquement à la réglementation. Pierre Liot considère que son projet se situe au « bout du monde » (affichage sur le site). Les premiers travaux ont démontré le manque de respect de la réglementation et des engagements (permis de construire, autorisation d’exploiter). 

Les « manquements caractérisés » de la SA Liot Châtellerault renforcent notre détermination à nous opposer à cette ferme usine, une menace pour l’environnement et les habitants.

Télécharger
Article NR
Environnement : à Châtellerault, l'usine Liot sanctionnée pour "manquements caractérisés"
Nouvelle République
Usine Liot Sanctionnée NR 23-07-2022.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB