"De Coussay-les-Bois à Poitiers" le samedi 26 novembre 2016


>>> La vidéo de la manifestation

Si la vidéo vous arrive hachée, c'est que vous avez un faible débit Internet. Pas de panique ! Sous le film, cliquez sur Télécharger et choisissez une moins bonne définition SD 540p par exemple. Vous aurez une moins bonne définition, une moins bonne qualité d'image... mais vous pourrez voir sans problème toute la vidéo !


Le Collectif d’associations contre le projet de ferme-usine de Coussay-les-Bois a organisé un rassemblement festif à Poitiers devant l’Hôtel de ville à 14 h 30, suivi d’un défilé dans les rues de Poitiers pendant qu’une délégation était reçue à la Préfecture où une demande d’audience avait été adressée.

 Cette manifestation bruyante et colorée, bien dans l’esprit de notre marche festive de janvier dernier, mais néanmoins fort sérieuse, a débuté sur les marches de l’Hôtel de ville par un déploiement de banderoles, drapeaux et pancartes dans un concert de cloches à vaches et d’instruments divers.

Les élus (avec leurs écharpes tricolores), les associations du collectif, d’autres structures venues par solidarité, ainsi que de nombreux citoyens de nos communes et d’ailleurs… tous répondaient par des « meuh ! » aux sollicitations de Dominique Brunet, porte-parole du Collectif, qui a brillamment conduit cet évènement tout l’après-midi.

Nous avons défilé bruyamment dans les rues de la grande cité poitevine, avec de nombreuses haltes pour informer la population, laquelle a fait preuve de beaucoup d’intérêt, de compréhension et de bienveillance. 2000 tracts ont été distribués et il ne fait aucun doute que l’information fera boule de neige ! La foule grandissait au fur et à mesure de sa progression, occasionnant parfois quelques bouchons !

Le cortège a rejoint la place de la Préfecture où trônait un tracteur avec sa remorque décorée par la Confédération Paysanne. Un important service d’ordre protégeait l’édifice, un peu surdimensionné face au pacifisme et à la bonhomie des militants !

En attendant la sortie de la délégation, plusieurs prises de parole : un paysan, très applaudi, a notamment déclaré que l’Administration n’avait pas à craindre un épandage de fumier devant les belles grilles de la Préfecture, car c’est quelque chose de précieux que l’on réserve à l’amendement des terres cultivées et que l’on ne gaspille pas en le déposant sur le bitume !

La délégation du Collectif très attendue est enfin sortie : M. Favreau, maire de Coussay, Vincent Butruille, président de l’association ASPECT, François Bigot, président de VGCA et porte-parole du Collectif, Nicolas Fortin, éleveur et membre de la Confédération Paysanne.

Ils ont été reçus par le chef de cabinet de la Préfète qui leur a demandé d’envoyer une lettre recommandée exposant leurs interrogations. Celles-ci portent sur la régularité de ce projet et la nécessité de faire respecter la loi. Tous ont redit notre inquiétude et nos griefs et rappelé que deux recours ont été déposés au Tribunal Administratif et qu’un autre le sera la semaine prochaine. Nous ne lâcherons rien et continuerons le combat.

Lors de cette manifestation, nous avons été entendus par les Poitevins et nous espérons vivement que Madame la Préfète ne fera pas la sourde oreille à nos revendications légitimes.

Claudine Dufour


7 novembre : Technique Solaire dépose une déclaration d'ouverture de chantier

L’Etat a délivré deux permis de construire :

-       un permis à la société Technique Solaire pour trois bâtiments agricoles (05/2015).

-       un permis à la SCEA Les Nauds pour une unité de méthanisation (07/2015).

La mairie a déposé un recours devant le Tribunal Administratif.

La première semaine de novembre la SCEA Les Nauds a réalisé des travaux de terrassement en dehors du périmètre de son permis de construire. Lundi 7 novembre la société Technique Solaire a régularisé l’opération en communiquant à la mairie de Coussay-les-Bois une déclaration d’ouverture de chantier.

2 novembre : la SCEA Les Nauds déclare une ouverture de chantier, sans respecter le permis de construire

La SCEA Les Nauds n’attend pas les résultats du recours déposé par le Maire de Coussay-les-Bois pour commencer les travaux. Jeudi 27 octobre elle a déposé  une déclaration de début de terrassement pour la méthanisation. Ces travaux de terrassement ont effectivement commencé. Les photos montrent un chantier avec une pelleteuse et trois camions.

 

Ces travaux ne correspondent pas à la déclaration de début de travaux. Ils sont réalisés au nord de la plateforme, dans la parcelle AB 4, alors que le permis de construire (PC 086 086 15 N0003) pour une unité de méthanisation a été donné pour les parcelles AB 1, AB 2 et AB 3, avec l’obligation de ne pas déborder autour.

Article 2 : (…) Les prescriptions particulières édictées par la Direction Départementale des Territoires de la Vienne – Services Eaux et Biodiversité et reproduites en annexe ci-joint seront rigoureusement respectées. (…)

Annexe : « Les travaux doivent se cantonner aux parcelles indiquées (AB 1, AB 2 et AB 3) et ne pas déborder autour, notamment sur les parcelles AB 7, 8, 9 et 10 (présence d’habitat d’espèces protégées)».

 

Le permis de construire dans la parcelle actuellement en terrassement a été accordé à la Société Technique Solaire et non à la SCEA. A ce jour cette société n'a pas déposé de déclaration de travaux.

Article de presse

Nouvelle-République 5/11/2016

Ferme-de-1.200-taurillons-premiers-coups-de-pelle

Recours contre l'autorisation d'exploiter

Mardi 29 novembre, une  requête  a été déposée  devant le Tribunal Administratif de Poitiers par l’association ASPECT, plusieurs personnes et la commune de Coussay-les-Bois contre l'arrêté en date du 02 août 2016 par lequel la Préfète de la Vienne a autorisé la SCEA LES NAUDS à exploiter au lieu-dit « Les Paturelles » sur la Commune de COUSSAY-LES-BOIS un élevage de 1200 bovins en engraissement.

300 participants à la journée du 12 novembre sur l'industrialisation de l'agriculture

Programme

 Pourquoi voit-on se développer les

fermes-usines dans nos campagnes ?

Opportunisme des subventions pour les énergies renouvelables. Perte du modèle d’agriculture familiale.

 Jean-Bernard Teuma, éleveur et porte-parole de la Confédération Paysanne de la Creuse

Aberration économique et écologique

de ce projet de ferme-usine

Michel Girard, ingénieur agricole

Conséquences économiques et sociales

de ce modèle sur la ruralité

Jean-Bernard Teuma

Conséquences environnementales

Qualité de l’eau pour le site de Coussay-les-Bois. Risque de pollution ponctuelle et de pollution diffuse (plan d’épandage). Hydrogéologie : nappe phréatique et captage d’Alimentation en Eau Potable.

Diaporama  commenté par François Bigot

porte-parole du Collectif

Qualité de l’alimentation, la santé

Perte de contrôle sur la qualité de la viande. Risques sanitaires liés au confinement. Impact sur la santé des consommateurs.

Véronique Richez Lerouge

auteure du livre « La vache qui pleure »

Perte de la biodiversité 

Réduction des zones humides, haies, prairies.

Régis Ouvrard - Vice président LPO Viennne

Une alternative à l’industrialisation

Gilles Dubin,

éleveur de bovins viande à Mauléon (79)

 


Contrairement aux engagements, le site n'a pas été remis en état

Dans le cadre de l’enquête publique, la SCEA Les Nauds a remis  un rapport au commissaire enquêteur dans lequel elle énonce son engagement à vider l’actuel bassin de rétention  : « Le bassin de rétention existant va être remis en état de fonctionnement avant démarrage des travaux (cf. Annexe 8). Tout d’abord, une analyse de l’eau du bassin sera effectuée par un laboratoire indépendant. Ses résultats permettront de déterminer la filière d’évacuation de l’eau en adéquation avec sa qualité. Le bassin sera ensuite vidé à l’aide d’un camion muni d’un système de pompage. Il sera curé et nettoyé par une société spécialisée. La remise en eau du bassin s’effectuera de manière naturelle. Enfin, la pompe de rejet au milieu naturel et les différents capteurs de niveaux feront l’objet de vérifications. »

 

Le maire a demandé le respect de cet engagement, mais l’administration laisse faire. «  Je vous informe que si le bassin de rétention ne contient pas de déchet, il n’a pas lieu d’être vidé ». (Courrier de Mme la Préfète)

 

En ce qui concerne la mare (qui  figure dans les cartes IGN) comblée par SITA , le rapport de la SCEA Les Nauds reconnaît qu’une « mare est effectivement limitrophe aux éléments du projet ». Il ne retient pas la proposition du commissaire d’un transfert vers un autre endroit de la zone humide. Mais en final, dans le plan annexé à l’autorisation, cette mare a tout simplement disparu.  Les services de l’Etat entérinent le comblement de cette zone.

 

Dès le début des travaux nous constatons que des engagements de la SCEA Les Nauds ne sont pas tenus, et que l’administration ferme les yeux. Elle énonce des règles, enregistre des engagements, et ensuite laisse faire. 

Plan du site